Publié par : Figo | mai 14, 2017

J 27 – Mi 429 – 50 miles !


Jeudi 11/05/2017 – Pas très loin de Messenger Flats
50 miles
10700 feet (3260m) D+, 9300 feet (2830m) D-

Lever 5h, décollage 5h25. Une grosse journée nous attend.

On démarre au quart de tour mais on est vite refroidi, ca monte, et rude! On fait à peine 2 miles en 1h, à ce rythme il nous faudrait 15h, sans pause, sans ralentissement pour faire nos 30 miles.

Plus loin, belle vue sur le desert depuis un canyon aux formations rocheuses colorées. On passe à côté de Devil’s Chair, gros rocher avec un beau point de vue.

Le sentier s’apparente à celui d’y hier, escarpé et érodé.

Par terre, je vois mon 5eme attache bâton depuis le début du PCT! Au début je les ramassais pour les jeter ou les mettre dans les Hiker Box, là trop la flemme.

Je transpire pas mal, plus que depuis le début. Ca prouve que jusqu’à présent je ne poussais pas trop.

Tiens, d’ailleurs, aucun rapport, Maïté a son trailname: Mighty Mouse. Personne n’arrive à prononcer son nom, donc tente de l’appeler Mighty, mais c’est un peu lourd à porter. Le couple d’allemand a eu la bonne idée de l’associer à cette petite souris aux super pouvoirs. Vu sa taille et le sac qu’elle porte, ca lui va plutôt bien.

10h30: on vient de finir près de la moitié, 14km. Première pause snack rapide, 20min.

Vers la fin du détour, on croise Cheveux Rouges. Elle s’est complètement plantée, elle va dans le mauvais sens. On la remet bien sûr sur le droit chemin, pas un merci. Je l’apprécie décidemment pas cette fille.

À la fin du détour, on croise Maïté beaucoup plus tôt qu’on ne le pense. Elle checkait quel chemin prendre, pour pas se planter comme Cheveux Rouges. Elle a ralenti le rythme pour ne pas faire revenir ses ampoules.

Vu qu’on est quand même partis pour faire nos 30 miles, on la devance. On la retrouvera demain tranquillou.

14h: pause repas, une bonne heure. Maïté nous repasse devant. En partant elle oublie ses bâtons. On pars pas longtemps après donc bien-sûr on lui descend… elle est remontée les chercher de peur qu’on les aie pas vus.

J’arrive au mile 31. Pas vu Luke depuis la pause repas. J’ai un très bon rythme et je suis paq fatigué. Je décide de pousser jusqu’au mile 36, pour faire un 60km tout pile.

20h: je suis au mile 36, et je me rend compte que ca fait un peu moins que 60km. La lose, je vais quand même pas faire un mile 37.28! Du coup je décide de pousser jusqu’au mile 40!

La nuit est tombée, la lune est pleine mais pas visible, donc pas de visibilité. Je sors ma micro frontale. Merde, elle est faiblarde, je vois rien avec pour marcher. Je sors des piles de rechange… encore plus faible. Autres piles, idem! Putain j’ai acheté 20 piles bouton Duracell, et ca a l’air d’être de la contrefacon! Dernière chance: le smartphone. Miracle, la lampe est super puissante, éclairé suffisamment pour marcher. Merci Samsung!

21h: J’arrive au mile 40. Et là je me dis: ca se trouve ca va devenir mon trailname, Fourty, et j’aime paq trop. Pfff, 50 miles, c’est plus cool, Fifty, et en plus ca fait un chiffre rond en km (80). Je checke mentalement l’état de mes pieds, ma fatigue, ma motivation. Et merde, aller, va pour un 50!

Je me vais, les 2 premiers miles passent encore, malgré une montée dans du sable. Mais pendant près de 3 miles je vais devoir traverser des buissons encombrantle chemin, à flanc de montagne. Je trébuche plusieurs fois, glisse un peu dans la pente. Pour avoir fait le même type de sentier lz lendemain matin, ca n’a vraiment rien à voir. De nuit les buissons cachent vtaiment le sentier, ce qui fait que quand il tourne on a tendance à partir dans le vide…

Je me concentre pour ne pas lâcher mon telephone dans le ravin, seule source de lumière. Point positif: malgré tous ces buissons traversés en short/t-shirt, je ne me suis pas frotté à du Poodle Dog Bush, pourtant très présent dans la zone. Des gens partent à l’hôpital après un contact avec cette plante il parait! 10x plus urticante que le Poison Oak.

Les 3 derniers miles sont horribles. Je boite, je me traîne, je monte recourbé comme un vieillard de 80 balais. Je déambule tel un zombie.

2h: J’arrive enfin. J’en peux plus. Y’a du réseau, j’envoie un message à Maïté pour lui dire de pas s’inquiéter si on se croise pas le lendemain, et lui envoyer une preuve de mon exploit personnel. En fait, je suis trop cassé pour en être fier. Je monte ma tente en plein milieu du chemin, et je ne dors pas. J’ai mal partout.

Ca aura été un sacrée journée. 21h de marche, pratiquement non-stop, à part les ravitos en eau et les deux pauses snack & lunch. N’oublions pas aussi que j’avais un sac de 17kg sur le dos… et plus de 3200m de dénivelé positif, pratiquement 3000 de négatif!

Est-ce que je vais tenter le 100km en Oregon? On verra 🙂


Mercredi 10/05/2017 – South Fork Camp
22 miles

Lever 6h. On prend le petit dej avant de partir, Cindy nous a préparé du carrot cake. Il est juste excellent!

Jeff nous dépose sur le PCT. On lui file chacun un bifton de 20$, c’est ce qui est recommandé lorsqu’on est accueilli chez un trail angel.

On demarre l’ascension du Baden Powell. 2100 feet de montée. Le sommet culmine à 9400 feet. De la haut, vue panoramique grandiose. Côté est le desert aride et un grand ciel bleu, du côté ouest tout l’horizon est caché sous une mer de nuage. D’ici on a l’impression d’être dieu spectateur de ces deux climats fondamentalement contradictoires.

On continue notre chemin. On se split avec Maïté, car Luke et moi décidons de prendre un détour version longue pour contourner une partie du PCT fermée pour cause d’espèces de grenouilles en danger. On est les seuls à choisir cette option longue, tant mieux on sera peinard sur le chemin. Les autres devront marcher sur de la route pendant 4 miles, pas top.

Notre détour suis un flanc de falaise qui se desagrege beacoup, pleins de petits pierriers nous barrent la route. Un pas de travers et c’est parti pour une glissade dans le ravin.

On arrive au camp, y’a une belle rivière, et seulement une personne qui a carrément skippé Baden Powell.

On comptait pousser un peu plus loin, mais la rivière proche nous dis de rester là.

Me vient alors un idée stupide:
– What about doing a 30-miles tomorrow to catch up Maïté in the evening?
Et Luke toujours aussi flegmatique:
– Okay
– Cool, wake up at 5am ?
– Sounds good

Pas sûr qu’on y arrive, mais c’est un beau challenge.

Publié par : Figo | mai 14, 2017

J 25 – Mi 369 – Wrightwood


Mardi 09/05/2017
5 miles – Nero

Lever 6h30. Il n’a pas gelé cette nuit. La veille, il y a eu 5cm de neige et -5° au même endroit.

Chemin facile jusqu’à la route. Là le couple de ricains sympas (Cole & Sandy?) sont avec leur grand père qui vient leur déposer de la bouffe pour pas qu’ils aient à descendre sur Wrightwood. Le grand père est cool, il nouz descend jusqu’au patelin.

On va à la station service, chacun achète une paire de chaussettes Darn Tough, et a son hot dog gratuit (trail magic pour les hikers).

J’achète de la cire pour mes boots, je les cire, on fait nos courses, j’en achète encore beaucoup trop, et on appelle Jeff, Trail Angel qui accueille chez lui.

Il vient nous chercher dans sa jeep, maison décorée avec plein de bibelots. On peu dormir sur un canapé ou sur des matelas dans le garage. La moquette au pied du canap fera l’affaire! Devant la maison, plein d’oiseaux différents viennent manger les graines et boire à l’abbreuvoir.

On passe le reste de l’aprem chez eux. Ils nous laisdent la maison 1h pendant qu’ils partent faire un truc. Fin d’aprem, Jeff part regarder un match d3 baseball chez un pote, nous propose de venir mais vu que Maïté fait l1 sieste on préfère rester pour planifier ensemble. Du coup on discute avec sa femme Cindy.

Je vais me doucher. Y’a un grand miroir alors je me vois en entier. Effectivement j’ai maigri, je vois mes côtes, mes clavicules. Manger (et donc porter) plus que les autres n’aide pas à enrayer l’amaigrissement.

Le soir, ils nous recommandent le restau The Grizzly. Pour y aller, ils nous laissent les clés de la jeep, super sympa! Le restau est à hauteur de la recommandation. Gros petage de bide, on en peut plus en sortant de table. Je me suis quand même aventuré sur le dessert: une scoop de glace, juste pour voir la taille de la scoop. Et bein tout comme le plat, elle fait l’équivalent de 3 boules à la française.

Publié par : Figo | mai 14, 2017

J 24 – Mi 364 – Guffy Camp


Lundi 08/05/2017
17 miles

Depart tardif. Je prend mon temps et part après les autres, vers 9h.

Atelier couture matin: doublage et surfilage de la poche de mon pantalon, qui s’effiloche. Je suis pas mécontent du résultat, à voir si ca résistera plus longtemps…

Aujourd’hui je marcherai à mon rythme. C’est que de la montée (1500m D+) donc je bourrine un peu en souvenir de nos tirage de bourre avec Vince. Pour monter un peu en cardio qu’on disait.

Du coup, vers 12h, je fais une pause pour attendre les autre, généralement la pause du 3eme ou 4eme petit dej. Celle-ci se transformera en pause déjeuner, et je m’enfilerai 6 tortillas: 1 détrempée d’huile d’olive (oui, je porte une bouteille d’huile d’olive, 850kcal pour 100g!), 2 au salami et fromage, et enfin 3 tortillas au Nutella. Beau repas. Je repars vers 15h, le temps de digérer et trace tout le monde dans le reste de la montée. J’arrive pratiquement le premier au camp.

D’ici, super vue sur les montagnes, et la nuit on s’aperçoit qu’il y a une ville enorme dans la vallée. Banlieue éloignée de Los Angeles.

On fait un feu, on y fait fondre de la neige avec nos popottes qui deviennent dégueulasses de suie. Il fait froid, 3°. On va voir s’il va geler cette nuit.

Publié par : Figo | mai 8, 2017

J 23 – Mi 347 – Swarthout Cache


07/05/2017
21 miles

Lever 6h. Il a plu toute la nuit. Je retrouve Luke sous un abris, crevé. Son sur sac a pris l’eau durant la nuit, toutes ses affaires sont trempées.

Il fait 4°. 200m d’altitude plus haut et on aurait eu de la neige. Toutes les montagnes alentour en sont recouvertes ce matin.

On part rapidement pour de réchauffer. Maïté est tellement gelée qu’elle n’a pas le courage de filtrer de l’eau bien qu’elle soit à court.

Je me ravitaille en passant près d’un camping équipé, pendant que Maïté trace et que Luke tente de faire sécher ses affaires.

L’objectif de la journée est claire: arriver au MacDo de Cajon Junction pour le repas de midi. C’est l’endroit incontournable du coin, enfin pour les Thru Hikers.

On y arrive vers 14h, on se baffre. Il fait moche dehors, la plupart des hikers partent au Best Western du coin. J’annonce clairement que c’est pas 3 gouttes qui vont me faire peur. Après pas mal d’hésitation Luke et surtout Maïté me suivent. Et quelle récompense!

Je reste un peu seul derrière, car j’ai du remettre mes chaussures en ordre. Je traverse l’autoroute par le tunnel, et rejoins la voie ferrée. Un train de marchandises super long, double étages passe à ce moment. Je continue, et là j’en prend plein la figure: un paysage à couper le souffle, éclairé par des éclaircies, parcouru par les voies ferrées et les trains de marchandises, leur 5 locomotives et leur coups de klaxon incessants.

L’ambiance est démentielle, les voies ferrée en arc m’encerclent et passe entre des grosses formation rocheuses isolées dans ces collines de roche sablonneuse.

On parle de Cajon pour son MacDo, mais franchement c’est de ce paysage et de cette ambience dont les hikers devraient se souvenir!

Passé ce paysage de fou, on en prend encore plein la vue avec d’un côté une belle vallée verte surmontée de sommets enneigés dont le Baden Powell où l’on passera bientôt, et la banlieue lointaine de Los Angeles de l’autre.

En passant, je remarque aussi les traces rouge sur certaines collines du produit anti-feu qui a dû être utilisé pour éteindre le feu tout récent.

On se pose dans la vallée. On se fait un micro feu improvisé bien que ce soit interdit.

Dodo. Les trains au loin klaxonnent à tout va.

Note: lorsque je marche, j’ai tendance à siffloter des airs en fonction de ma cadence de marche actuelle, souvent une cacophonie improvisé ou des airs adéquats comme celui de la Grande Vadrouille. Bizarrement, en marchant derrière Luke, je me suis à siffloter la Marche de L’Empire, chose qui ne m’étais jamais arrivé avant. Probablement son côté obscur qui m’a inspiré…

Publié par : Figo | mai 8, 2017

J 22 – Mi 326 – Silverwood Lake


06/05/2017
21 miles

Départ 7h. Il a pas plus cette nuit, c’est une bonne chose.

On arrive aux Hot Springs vers 8h, plusieurs bassins aménagés autour des sources chaudes, directement accolés à la rivière. On se pose dans un pendant une bonne heure. Certains sont pas spécialement pudiques et se baladent à poil. L’eau chaude est agréable, on peut plonger dans l’eau froide juste derrière pour se rafraîchir.

Suite du chemin dans le canyon. Pas mal de graffitis sur les rochers, on doit s’approcher d’un patelin. C’est un peu triste, les déchets sont aussi plus fréquents. On croise un groupe de djeuns, le premier porte un flingue dans son fute.

L’aprem, se sera pluie. Toute l’aprem. Chaussures détrempées. On se pose près d’un lac. Outhouse écrit sur la carte. On pensait que c’était un abris, idéal pour dîner sous la pluie. En fait ce sont des toilettes sèches.

Luke installe son bivy sous la pluie, on a de la peine pour lui…

La nuit tombe, on se sert tous les trois dans ma tente pour dinner. Tente 1 personne. Ca passe large!

Pour enfoncer un peu le clou, je fais remarquer que si on avait poussé 2mi de plus on aurait eu douche et pizza. Mais trop de confort, c’est tricher 🙂

Publié par : Figo | mai 8, 2017

J 21 – Mi 305 – Deep Creek

 

05/05/2017
20 miles

Départ 7h. Il fait 6°. Bien dormi!

Traversée de forêts conifères pendant la matinée. On croise un petit crotale noir enroulé au bord du sentier. Je peux enfin tester ma perche à gros plans.

L’aprem, on marche principalement dans un canyon où coule un cours d’eau. Belles vasques mais rarement accessibles.

Pause déjeuner au bord de l’eau, sur une petite plage au soleil. Tranquilou.

On revoit Ben. Il nous raconte qu’il a marché sur un crotale, en regardant ailleurs et qu’il l’a mordu à la chaussure. Veinard! Du coup on l’appelle Snake Dancer désormais.

On avance plus loin, on atteindra pas les sources chaudes aujourd’hui. On campe à la belle étoile près de la rivière. Espérons que la pluie prévue n’arrive pas cette nuit.

Publié par : Figo | mai 8, 2017

J 20 – Mi 285 – Holcomb Creek


04/05/2017
19 miles

Lever 6h. Je prépare quelques pancakes pour nous trois. Ils sont pas géniaux mais ca fera l’affaire.

8h, le shuttle nous dépose au PCT, et c’est reparti pour la marche. Comme prevu mon sac est lourd comme tout, va falloir se lâcher sur la bouffe.

Traversée de pinèdes encore, brûlées, ravagées par des tempêtes, ou encore debout. Au bout de quelques heures on passe au dessus de Big Bear, alors qu’on y était la veille… vue panoramique sympa sur le lac.

On finit 19 miles plus loin, près d’un ruisseau.

Le soir je me fait mes premiers mac&cheese, agrémentés d’une portion de thon et d’huile d’olive. Costaud le repas.

On dors à la belle étoile, mais les moustiques rôdent alors pas sur que ce sera une bonne idée.

Publié par : Figo | mai 8, 2017

J 19 – Mi 266 – Big Bear Lake


03/05/2017
2 miles – Zero

Lever 6h, on décolle tranquillement pour arriver à la highway 18 où un shuttle devrait déposer des gens vers 8h30, et donc pourra nous descendre en ville.

On arrive vite, à 7h30. Une heure à tuer. On est sur une aire de repos assis sur des gros rochers, pas du tout au bon endroit pour faire du stop.

– moi: une heure d’attente, on pourrait faire du stop?
– Luke: mouai
– moi: ouai, la flemme de traverser la route pour être dans le bon sens
– Luke: ouai
– moi: on a qu’a essayer depuis ici…
– Luke: mouai

Alors je lève mon pouce comme un gros flemmard juste au moment où la première voiture passe. Le pickup ralentit et vient de garer juste devant nous pour nous prendre! On est vraiment moulus sur ce coup là. En plus il nous dépose juste devant l’auberge après nous avoir fait faire le tour du quartier.

Maïté nous attend à l’auberge, on va se faire un bon petit dej hiker friendly en attendant le checkin.

Checkin, le boss nous fait un discours bien rodé. En apparté, il nous parle aussi du meurtre récent de son pote juste à côté, du cadavre retrouvé pas loin sur le PCT, et su corps retrouvé dans le lac. En plus 80% de la ville consomme de la meth d’après lui. Bref, de quoi rassurer Maïté qui a dormi seule ces deux dernières nuits.

Auberge simple mais cool. Je discute un peu avec un francais, Jean Marc, qui dit qu’il a vraiment du mal avec la bouffe, et que son pote a abandonné après le Jacinto car trouvait ca trop dur. Du coup il y aurait un piolet et des crampons en rab à KM.

L’aprem on part aux courses. Saut rapide au Big5 (le GoSport du coin), pas de gaz mais un rayon armes à feu bien fourni!

Au Vons, je me lâche et achète beaucoup trop de truc. Après 20j, j’ai perdu 5kg, et la pénurie des derniers jours n’a pas aidé. Du coup j’ai acheté 7kg de bouffe pour 5j, grande idée!

Description du panier:
– matin: CliffBars et autres barres céréales
– midi: tortillas, sticks de fromage, saucisson italien (rosette) et nutella
– soir: purée, noodles, mac&cheese, thon
– trail mix: CheeseIts, amandes, bananes séchées
– une orange pour cette aprem, car faut bien manger des fruits de temps en temps…

On rentre à pied, au bout de 300m une femme s’arrête et nous propose un lift. On accepte bien sûr. Elle est fan des hikers, donc s’empresse de les prendre en voiture, elle fait pas mal de sport, a fait du parapente en France et n’est ni plus ni moins qu’une Muir, descendante directe du frère de John Muir! Et bein, rien que ça…

Aprem glande, soirée glande. Quelqu’un a fauché la batterie externe de Luke, la lose. Du coup je risque pas de mettre mon tel à charger directement.

Soirée glande, pas de resto car pas faim.

Va savoir pourquoi je suis balloné comme c’est pas permis et fait passer une nuit pas très reposante.

Publié par : Figo | mai 3, 2017

J 18 – Mi 262 – Highway 18


02/05/2017
26 miles

Départ 6h30. Il fait 2°. Bizarrement il faisait moins froid 1000m plus haut.

Je pars avec un bon rythme, qui durera toute la journée. Du coup ce sera une marche solitaire car Luke sera généralement 2 à 10min derrière moi.

Montée descente de collines de conifères. Plein de chipmunks détalent à mon passage.

Je me dis qu’on ne voit plus trop de serpents dans le coin. D’où tous ces chipmunks probablement.

Je me demande pourquoi les conifères sont aussi énormes ici; le climat, ou simplement parce que chez nous on les coupe jeunes?

On passe à côté de cages pour fauves, un dresseur habitant ici et proposant ses bêtes pour le cinéma. De ce qu’on voit, de loin, il y a un ours, un titre normal et un blanc, un lion. Le reste est caché par des bâches ou trop loin dans l’enclos. Les écriteaux « No trespassing. Fire response » sont assez clairs, eux par contre.

Mi 14, je me dis qu’on pourrait pousser un peu et atteindre Mi 26 ce soir, pour aller direct à Big Bear. Luke a pas l’air contre, donc on pousse jusque Mi 18 avant de luncher. Il en restera 8 après le repas. Grosse journée qui s’annonce.

Repas du midi, je finis les reste, garde un ramen pour le diner et un wasa+chocolat pour le petit dej. Les miettes de CheeseIt finissent dans le Peanut Butter avec du Nutella en rab. Sacrée pâtée, mais c’est pas si mal!

Suite du chemin, j’ai du réseau au mile 262. Avec Luke on y passe bien 2h à geeker, avant de reprendre la route. Plus que 4 miles…

On se pose 2 miles plus loin avec une vue panoramique magnifique sur le desert. Un petit ramen, un carreau de chocolat Hershel fondu et un thé, le tout au soleil couchant, que demander de plus…

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories