PCT Fact – Philosophie du No Skip No Flip


Il y’a deux termes que je n’ai pas pensé à introduire précédemment dans le Petit Lexique du Randonneur, alors qu’il sont assez importants. Skipper et Flipper.

Skipper signifie esquiver volontairement une partie du sentier. Il peut y avoir plusieurs raisons à ce choix, comme par exemple:
– avoir trop chaud
– trouver le sentier trop dur
– trouver le sentier ennuyeux
– ne pas vouloir marcher sous la pluie
– vouloir rattraper un groupe se trouvant plus loin
– être en retard sur le plan
– une blessure
– …

Je ne suis pas ultra fan du skip, car affronter les difficultés est une des choses qui rend l’expérience PCT unique et enrichissante. La plupart du temps ce sera le mental qui flanchera; c’est là qu’est justement tout le challenge d’aller jusqu’au bout sans se laisser aller au skip.

Flipper signifie faire le sentier en discontinu, en allant faire un morceau plus loin, puis revenant faire celui qu’on a temporairement skippé. La principale raison du flip, c’est les conditions climatiques: trop chaud ou trop de neige. Même remarque que pour le skip, je ne suis pas fan car on tente d’éviter les difficultés, et en plus ça tronque le sentier en petits bouts; on a moins l’impression de l’avoir fait en entier.

Personnellement j’ai tendance à penser qu’un vrai Thru Hike, c’est lorsqu’on fait le PCT en continu, sans rater un morceau, quelque soit les obstacles ou les difficultés. C’est ce qu’on appelle le « No Skip No Flip ». C’est la façon dont j’ai décidé de faire le PCT, et jusqu’à présent ça me réussit bien. Le seul skip que j’ai au compteur, c’est environ 1 mile, au niveau du Mt San Jacinto, étant donné que je suis redescendu par l’autre versant et ai donc rattrapé le sentier un peu plus loin. Étant donné que l’ascension du mont est bien plus longue, j’ai pas l’impression d’avoir triché.

Cette année, énormément de gens ont décidé de Skipper ou Flipper la Sierra, ayant entendu des rapports trop alarmistes ou simplement car la neige ne leur convient pas. Je respecte bien-sûr ce choix, et par ailleurs ça me profite énormément: la Sierra était vide, ce qui procurait un véritable sentiment d’isolement (hormis le fait qu’on était en groupe). D’autre part tous ces gens sont maintenant devant, ou entrain de revenir faire la Sierra. Ce qui veut dire que le reste du sentier sera aussi moins peuplé, ce qui me plaît plutôt pas mal.

Bref, chacun son PCT. Pour ma part je serai fier de l’avoir fait en No Skip No Flip, pour peu que je le finisse…

Publicités

4 commentaires sur “PCT Fact – Philosophie du No Skip No Flip

Ajouter un commentaire

  1. Je te reconnais bien là: pas de repis pour les braves et c’est dans l’adversité qu’on y trouve ses limites 😉
    Peu importe jusqu’où tu arriveras on est déjà tous fier de toi!!!!
    Force et honneur Figo 🙂

  2. Oula, je connais un André ou un Rémi qui vont venir t’embrasser 🙂 Moi tout pareil, même si je ne suis pas trop rigide (dur de définir la limite d’un skip acceptable ou pas acceptable, et encore plus dur d’être juge !)
    On fait tous le même PCT, mais pas forcément dans les mêmes conditions, et ce, même durant la même saison. Je respect les skip / flip du moment qu’ils sont honnêtes dans leur autocritique… (Nombre de signatures de skippeurs dans le registre 2016 qui font un peu râler par exemple ! )

    En ce qui te concerne, toujours un énorme plaisir à te lire et revivre cette aventure

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :