J 48 – Mi 742 – Promise solitude


Jeudi 01/06/2017 – Diaz Creek
22 miles

Départ 6h45. Réveillé tôt, mais j’ai pris mon temps. Je me suis même fait une boisson chaude ce matin.

Je termine la montée que je n’avais pas finie la veille, puis passe sur le versant nord de la montagne. Là les choses se gâtent, une série de snowpacks vont s’enchaîner durant 1h. C’est épuisant. Il faut monter descendre ces monticule de neige de 2 à 3m de haut qui coupent le chemin. Et quand on enlève ses crampons car on pense que c’est fini, 100m plus loin ça recommence.

Je marche seul ce matin. Je croise personne. Je ressens enfin cette solitude tant annoncée du PCT.

Je descend dans une belle vallée de conifères (séquoias ? Après tout on est dans Séquoias Park). On entend toujours les avions de chasse s’entraîner au loin. Quand tout à coup y’en a un qui passe à moins de 100m au dessus de ma tête. Impressionnant, j’ai les oreilles qui bourdonnent un bon moment après.

Un peu plus tard, un autre F16 passe pas bien loin. Cette fois ci j’ai le temps de dégainer mon appareil et faire une vidéo d’une qualité à toute épreuve. Nawash (si tu me lis), tu serais fan de ce coin je pense.

Toutes ces émotions m’ont donné besoin d’aller faire la grosse vidange. Profitant du soleil, je me rend compte que petit à petit je me fait encercler par des moustiques. WTF, on est à plus de 3000m d’altitude et je me tape des moustiques ? Je me dépêche de finir ce que j’ai à faire, tout en me battant contre les assaillants. Je ressors vainqueur, avec quelques piqûres quand même.

Je ressens un peu le mal de l’altitude (on est à un peu plus de 3000m), mal à la tête et essoufflement. Espérons que je serai assez acclimaté avant l’ascension du Whitney.

Je prend ma pause déjeuner sur un escarpement rocheux, avec une vue magnifique sur les sommets enneigés qui m’attendent. Je teste le bagel à l’huile d’olive, pas trop mal. Sante arrive à ce moment là. Apparemment ils (Sante et son acolyte japonais) sont passés devant moi hier soir, je les ai pas entendus. Et ce matin je ne les ai pas croisés non plus… Il me propose de marcher avec eux dans la neige, pour plus de sécurité. Pourquoi pas.

Pas de nouvelle de Luke, du coup je me demande s’il est bien parti hier comme prévu.

Suite du chemin dans la forêt de conifères. Je fais pas mal de pauses, mon sac me pèse beaucoup.

On se rejoint avec Sante, et on se pause près d’un lac où les grenouilles s’affolent à la tombée de la nuit. Shike, son acolyte arrive un peu plus tard.

J’éloigne mon bear cannister, mais garde toujours de la bouffe dans ma tente… On verra bien, l’odeur de me pieds devrait décourager l’ours de venir fuiner je pense.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :