Sri Lanka, Février 2010

Lundi 01 et mardi 02
Matinée et début d’aprem au boulot, à corriger des bugs à l’arrache, ce qui ne rassure pas Romain.

Départ de Suresnes vers 18h et arrivée à Roissy 1h30 plus tard. Le vol est retardé, nous ne décollerons que vers 0h30…

Lors d’une escale aux Maldives (somptueuses vues depuis le ciel), nous discutons un peu avec Tenzy, un sri lankais parti travailler en Oman pour faire vivre sa famille restée au Sri Lanka. Il revient au pays un mois car il s’est cassé la jambe en jouant au foot.

16h et 6 repas plus tard, nous arrivons enfin à Colombo; chaleur étouffante, impossible de dormir !

Mercredi 03
Nous décidons de prendre un chauffeur pour 4 jours, à 24000rs. C’est un peu cher, mais on a pas envie de se prendre la tête les premiers jours.

Notre chauffeur s’appelle Gunatilaka (Guney), a l’air sympa mais ne parle pas super bien l’anglais.

La route est très chaotique, sans autre règle que le coup de Klaxon est prioritaire… Piétons, vélos, touc-toucs, voiture et bus se retrouvent cote à cote sur une route de seulement deux voies, mais transformée en 4 voies la plupart du temps.

La route est aussi jonchée de petit boui-boui en tout genre. On s’arrête pour boire une King Coconut, remplie d’eau et d’une fine pellicule de chair à l’intérieur.

Fait sri-lankais: les chiens doivent être les second habitants de l’île… Ils sont omniprésents, presque tous de la même race, à dormir sur le bord de la route ou dans des cendres chaudes. Ils ne sont pas du tout farouches, et jamais agressifs.

Nous arrivons à Anuradhapura vers 13h; on se pose au Lake View Guest House, 2400rs la chambre triple. On prend des vélos et va visiter le site toute l’après-midi. Au programme: de gigantesques pagodes, des ruines, des moines, des chauves-souris et des singes, et l’arbre sacré « de la bodhi » le plus vieux au monde. Nous rentrons de nuit, pas loin de nous perdre, et nous allons diner au Grand Hotel.

Fait sri-lankais: les singes ne sont pas joueurs, ils gardent leur distance avec l’homme sauf s’il l’attire avec à manger…

Jeudi 04
Bien dormi, c’est appréciable. Départ 8h pour Mihintale puis Polonnaruwa.

Mihintale est selon la légende le lieu du début du bouddhisme au Sri-Lanka. Une dagoba blanche surplombe toute la vallée du haut de son pic rocheux, offrant une vue majestueuse sur les alentours. Un guide nous suit et nous donne quelques infos intéressantes, donc nous décidons louer ses sévices par dépit. Il nous amène à des coins sympa, pas évident à trouver seul, et à la fin de la matinée nous lui donnons 1000rs. Ce n’est jamais évident de savoir quel est le juste montant à donner. Son nom était Atuhlasa; je lui fait une pogo ainsi qu’à ses collègues, ils son contents.

Nous reprenons la route pour Polonnaruwa. En chemin, Guney s’arrête chez un « dresseur de varan », un vieillard qui attire ces reptiles avec des bouts de poisson. Je tente d’attirer une bête avec une feuille, et c’est impressionnant lorsque le lezard vous fixe dans les yeux prêt à vous croquer la main… On file 100rs au vieillard, il a l’air dégoûté.

Arrivée à Polonnaruwa; vaste étendue de ruines d’une cité autre fois rayonnante. On y voit, comme d’habitude, des ruines, des statues de bouddha, et des singes…

Nous nous posons au Gajaba Hotel, où le personnel est d’une lenteur à toute épreuve: 45 min pour un milk-shake (au lieu de deux), une heure pour le plat, et tout autant pour un verre de lait transformé en tasse de thé…

Vendredi 05
Superbe journée!

Nous commençons la journée par un safari dans le parc de Minneriya, environs 30€ par personne pour l’entrée, le guide, la Jeep et le chauffeur.

Dès l’entrée du parc, nous croisons une troupe d’éléphants se baladant sous des lignes à haute tension… Pas très bucolique comme endroit, d’autant plus que nous n’en croiserons plus par la suite.

Cheveux au vent, debout dans la Jeep (attention aux branches!), on parcourt le parc et croisons aigle serpent, buffles, mangoustes, singes, paons, daims, nis de frelons et coqs sauvages.

Suite de la journée à Sigiriya. On pose nos affaires au Nilmini.

Avant d’aller manger, on fait un tour dans le village. On croise un dresseur faisant prendre son bain à son éléphant, Kadila. Je prend quelques photos et tente l’effet pogo… Ça marche! Mimal et Tarang me proposent de poser et de monter sur Kadila, avec une bonne douce en prime! Cb me suit, Fab fait son timide. Fun, et chacun a eu sa petite image!

Ensuite on va manger dans un boui-boui local; beignets et sorte de biscuits orientaux, pas degeux et seulement 1€ par personne, boisson comprise!

Ballade digestive dans le village des attisants, pas grand chose à voir, à part un buffle qui se détend paisiblement dans un étang… sans trop réflechir aux crocodiles et aux sangsues, je me rapproche de lui les pieds dans la vase, et lui tire le protrait.

On continue notre ballade, et alors que je prend une maison en photo son proprio sort et nous invite à entrer. Il s’appelle Chandana, et vit ici avec sa famille. Ils nous fait visiter la maison, on discute et on prend des photos. Effet pogo, il nous aime bien et nous sert de guide pour la visite du rocher de Sigiriya.

Ascension impressionnante, vue magnifique, sensation garanties! Ceux qui ont le vertige peuvent s’abstenir! De retour en bas, on me met un python sur les épaules, c’est lourd et assez flippant de savoir quand quelques secondes on peut avoir la nuque brisée! Cb marche sur la flute du charmeur de cobra, du coup on se demande ce qui va se passer lorsque la bête sort de son panier… Ouf, il est quand même charmé !

Samedi 06
Départ 8h de Sigiriya. On passe par Dambulla et son temple troglodyte. L’entrée est gardée par un bouddha présenté comme le plus grand au monde, ce qui est évidemment faux. En haut de la montagne, 5 grottes sont remplies de statues de bouddha, l’ambiance serait propice a la méditation si ce n’est que l’endroit est très touristique. A l’extérieur des grottes, on se détend au rythme du doux son des noix de coco enflammées fracassées au sol, faisant partie d’un rituel de prière bouddhiste.

Sur la suite du chemin, on s’arrête pour visiter un jardin d’épice. De toute évidence, c’est un piège à touristes, puisque la visite consiste à voir quelques plantes dans un parc aseptisé, et de finir sur un massage plus ou moins forcé… Au final, le guide nous fait la gueule pour son pourboire de 600rs, mais on lui acheté quand même deux bouteille d’huile supposées aider à la concentration et la mémoire, à un prix qui aurait pu être bien plus bas… Cb negotiation failed!

Nous arrivons à Kandy, le Olde Empire Hotel est plein, mais un rabatteur nous propose une chambre au même prix. C’est assez loin, sur la colline, mais au calme et à 1500rs la chambre dans la maison de Lal, le rabatteur. La maison est assez moderne, on se dit que le personnage ne doit pas être des plus pauvres.

Un tour au Queen’s Bar pour une fière brèche, puis un riz indien pour se remplir la panse…

Dimanche 07
Lal est sympa, hyper serviable, mais on n’arrive pas à déterminer dans quelle mesure il est intéressé et/ou essaye de nous arnaquer… L’appel de la commission est souvent fort, donc on continue toujours d’avoir des doutes.

Ce matin, c’est visite du Temple de la Dent, comprenez par là le temple qui garde une relique très précieuse pour les bouddhistes: la dent de Bouddha! Un guide nous fait faire une visite expresse avant que le temple ne ferme pour la cérémonie quotidienne, puis nous prenons le temps de voir les alentours… On se fait même une petit cérémonie hindouiste, avec un joli point de sauce au curry sur le front.

Le midi, on se ravitaille dans un boui-boui, toujours aussi peu cher, Lal nous explique qu’un petit pourboire suffit. Puis Cb part pour se faire masser tandis que Fab et moi allons se promener dans le parc de Udowattakelle (700rs), sorte de jungle citadine. Les sentiers sont assez aseptisés, et il n’y a pas grand chose a voir, mais au moins on est au calme comparé au brouhaha de Kandy. On se pose 15 min près de singes, en les mimiquant pour tenter de les apprivoiser… Ils se rapprochent, mais garde toujours leurs distances. Plus loin, on se lance dans la dégustation (il parait que ça se mange) d’un Jack Fruit; c’est gros, collant, difficile a découper, et immangeable à part les gros pépins se trouvant à l’intérieur… On apprendra plus tard que les jeunes fruits doivent se cuire (pour faire un curry par exemple) et que les vieux ne se mangent pas à part les pépins…

De retour au centre ville, on retombe sur Lal (il est partout!) et il nous propose d’aller negocier des souvenirs… il nous amène au marché, dans une boutik de batiks, et Fab et moi passons prêt d’une heure à negocier 200rs sur des batiks de 1500rs. J’arrive quand même à finir avec un batik de 2m de long pour 1400rs, alors qu’il en valait (au début) 2500. Sur le coup, le marchant semblait un peu fâché, mais une photo et tout le monde devenait souriant.

On effectue le retour à la maison en tuk-tuk, avec Lal… jamais on aurait cru pouvoir rentrer à 4 à l’arrière de ce moyen de transport des plus incertains, et on peine vraiment dans la montée; je dois sauter en marche, et limite pousser la machine qui n’avance presque plus. Le soir, on mange un curry (encore!) préparé par la soeur à Lal. C’est bon, mais Lal est toujours derrière nous à nous demander si tout est ok… On le trouve vraiment collant!

Il nous fait aussi gouter à l’arrak, alcool local, qu’on mélange avec de l’eau pétillante… Aucun de nous n’est fan, on l’expérience s’arrête là… Lal a l’air un peu déçu 😉

Il nous propose un taxi pour aller directement à Adam’s Peak, et nous arranger une chambre. On a la flemme de galèrer en bus, donc on accepte (6000rs, ce qui fait un peu cher).

Lundi 08
Toute la matinée, route vers Adam’s Peak. La route est sinueuse, étroite, et croiser une autre voiture voir un bus nécessite une bonne dose de patience et un bon sens du gabarit de sa voiture!

Nous arrivons à Delhouse vers 13h, prenons une chambre à 1500rs, mangeons vite fait dans un boui-boui tenu par des jeunes, puis allons nous promener dans les plantations de thé. Un chien nous rejoint sur le chemin, et nous suit durant toute notre ballade; je le baptise « Little Papadam », en honneur aux chips locaux. On le perd à la fin de l’aprem, car il se fait courser par une bande de chien qui doivent avoir une dent contre lui… On ne l’a pas revu par la suite 😦

Un peu avant la tombée de la nuit, on rejoint des jeunes jouant au criquet… Photos et pogos, et Seb fait une belle photo de groupe de nous tous sur fond de couché de soleil.

Au diner, un curry (encore!!) et une petite sieste en prévision du lever cette nuit.

Mardi 09
2h du matin, on se lève (difficilement) pour faire l’ascension d’Adams Peak. Des haut parleurs ont gueulé toute la nuit dans la vallée pour proférer des chants religieux, une sorte de muezine en continu, ce qui n’a pas facilité la sieste!

Au programme: un sentier de 11km, dont une montée de 1000m de dénivelé et 5000 marches a gravir. Le chemin est fait de terre terre, de marches en pierre et de marches en béton. Tout le long du chemin, des boui-boui vendent fleurs, jouets, boissons et sucreries, pratiquement jusqu’au sommet!

Les jeunes croisés la veille nous invite à boire un thé, à la cardamome, très bon!

Des odeurs d’encens et de santal (parfum des femmes locales) nous accompagne durant cette montée éprouvante. On se demande vraiment comment de vielles mamies srilankaises font pour endurer ça.

Nous arrivons à 5h30, beaucoup de gens dorment là en attendant le lever du soleil à 6h30. C’est beau, on a une vue magnifique, mais il faut redescendre avant que le soleil ne soit trop fort. Et même comme ça, on meurt déjà de chaud; heureusement que nous somme montée la nuit!

Après le petit dej de 9h, direction Hatton pour prendre le train vers Ella. Ce qu’on dit est vrai, le train est vraiment une expérience à ne pas manquer! Pas de place assise disponible, nous nous restons pendant tout le trajet accrochés aux portes ouvertes, à profiter pleinement des paysages magnifiques qui s’offrent à nous. Que du bon, et pour seulement 160rs le trajet, rien à voir avec un taxi à 6000rs!

Mercredi 10
On se lève tranquilou, et prenons le petit dej au soleil sur la terrasse de l’hôtel.

Au programme ce matin: cours de cuisine Sri Lankaise, pou 2000rs par personne. Au final, il s’avère que le cours se limite à observer le cuisto faire son « Rice and Curry » du jours, en donnant le nom des produits qu’il balance dans sa poêle… C’est toujours intéressant, mais ça ne vaut pas son prix et surtout on assimile pas grand chose sans le pratiquer. Ce qu’on retient quand même, c’est que la plupart des currys ont une base commune, qui est:
– de l’oignon émincé
– de l’ail et du gingembre hachés
– du piment en poudre ou en morceau
– du safran en poudre
– du curry en poudre, parfois grillé

Astuce du jour: prendre ses boules de coriandre, les faire griller dans une poêle quelque minutes, puis les passer au mortier; l’arôme est ainsi beaucoup plus fort!

À midi, nous passons à table, et dégustons ce que « nous » avons préparé (7 currys) et c’est très bon… Mais encore (!!!) un curry 😉

L’apres midi, on se lance dans l’ascension de Little Adam’s Peak, version très édulcorée de l’original. En chemin, on rencontre un étudiant de 17 ans qui veut devenir avocat. Il nous invite à boire le thé dans son village au milieu d’une plantation de thé. La plupart des femmes ici sont des cueilleuses, et possède une carte pour ce titre. On prend quelque photos, mais très vite on nous réclame de l’argent, et les enfants deviennent oppressants. On quitte alors le village, et semons les enfants sur la route.

Une fois en haut du pic, la vue est superbe sur la vallée ainsi que sur Ella Rock, que nous n’aurons pas l’occasion de gravir. J’accroche mon hamac à un arbre mort, et profite du calme quelques instants.

Retour à l’hôtel vers 18h, journée tranquille.

Jeudi 11
Aujourd’hui, journée de bus pour aller se reposer sur la plage de Mirissa. On est sensés prendre le bus de 9h30, mais il n’arrive que vers 10h30. Aucun arrêt officiel ni panneau d’affichage n’est disponible pour le bus, on ne peux que demander aux gens et prendre la version la plus fréquente…

Une fois dans le bus, on se rend vite compte que les chauffeurs sont des fous dangereux, mais aussi d’excellent conducteurs. Sur les routes de montagne c’est impressionnant de voir le ravin à quelques centimètres des roues et les bus se croisent à toutes vitesse avec autant d’écart entre eux. Sans oublier l’impression qu’à chaque virage on risque de se retourner! Il faut vraiment avoir une confiance aveugle en son chauffeur. En plus de ça, j’étais debout durant toute la partie du trajet en montagne, ce qui accentue d’autant plus les sensations…

A certains arrêts, des vendeurs ambulants passes dans le bus pour vendre cacahuètes et autres friandises, puis sautent du bus alors qu’il est déjà entrain de rouler… Je joue le jeu et m’achète une sardine frite depuis ma fenêtre; on se croirait au Mc Drive.

Fait Sri Lankais: les gens sont étonnamment généreux en dons. A plusieurs reprises des handicapes viennent chanter dans le bus pour quelque sous, et pratiquement tous les passagers donnent 10 ou 20rs.

Pour finir, sur la route on entend un fort sifflement de dégonflage; un pneu a crevé! Heureusement que c’est une roue arrière (doublée) et que ça ne c’est pas produit en montagne! Le bus continue de rouler quelques km, puis s’arrête 15min pour changer la roue.

Finalement, nous arrivons à Mirissa en vie, il fait beau, la mer est là, on se pose au Sunset Inn qui donne sur la plage… 1200rs la chambre.

Vendredi 12
Journée petite journée farniente à la plage. On se lève tranquillou vers 8h30, sachant qu’on est tombés comme des masses la veille à 22h.

En guise d’activité pour ce matin, on décide d’aller surfer. Le seul magasin de la plage n’a qu’une seule planche pour débutant, qu’on file à Fab, et Cb et moi prenons de planches plus petites, ça va être dur! Les vagues ne sont pas mauvaise, mais le fond est couvert de rochers, donc Cb es moi n’osons pas vraiment nous lever malgré de bonnes occasions.

13h, on se pose dans un des restos de la plage, et on attend pratiquement 1h que le garçon vienne nous voir. Quand il arrive enfin, on commande un plat qui n’est pas en stock, et ils nous dit « vous pouvez aussi aller voir ailleurs ». On se casse. Le second resto, tenu par un vieux gringalet en serviette avec une belle moustache à la OSS 117, est bien plus sympa; en guise de dessert, on a même le droit à la visite d’un serpent se baladant au plafond. L’histoire ne dit pas s’il est dangereux.

16h: après pas mal de bouffe et de glande, on se rend compte qu’on a pris cher malgré un ciel couvert. On a le dos cramé, et Fab le visage en plus. Tandis qu’il part se chercher des crèmes à Matara, Cb et moi allons snorkeler, en t-shirt à partir de maintenant et jusqu’à la fin de la semaine.

Pendant 1h, on voit une multitude de petits poissons de toutes les couleurs, des concombres des mers, des éponges géantes, des coraux, mais pas de tortue malheureusement.

On rentre, Fab est rouge écrevisse, et on a le dos en feu.

Samedi 13
Le soleil fait son effet, on a le dos cramé, en plus on a mal dormi cette nuit car une fête sur la plage a fait péter les watts jusqu’à 4h du matin.

Mais j’ai eu ma compensation: j’ai nagé avec une tortue! La matinée a été idéale pour aller snorkeler; soleil, mer calme, des centaines de poissons de toutes les couleurs et… Une tortue! Elle se cachait sous un rocher, puis s’est mise à nager devant nous, avec une grâce qui lui est propre; nous l’avons suivie sur quelques dizaines de mètres.

On y retourne l’après-midi quand le soleil est moins fort (mais qui brule malgré qu’on plonge tout habillés), mais la mer est agitée et l’eau est trouble. Fab est venu, et on voit des bancs de poissons et ce qui devrait être un poisson hérisson, fugu.

La journée s’arrête là, on va manger chez « le vieux », sympathique.

Dimanche 14
On se lève tranquillement, puis prenons un touc-touc à 1000rs pour nous amener à Galle; le bus ne passe que toutes les heures, donc on se laisse convaincre sous cette chaleur accablante.

On dépose nos affaires dans un hôtel à Unawatuna, pour profiter une dernière fois de la plage, puis allons visiter le fort de Galle, construits par les Hollandais et les Portugais entre le 17eme et le 19ème siècle. C’est mignon, les ruelles ont gardé un charme ancien, mais il fait chaud et ayant fait le tour du fort on décide de retourner en bus à la plage (45rs).

C’est une bonne plage de touriste, bordée de restaurant et de transats. Pas grand chose à faire à part trempette, mais demain on va tenter de snorkeler sur un rocher un peu au large.

Lundi 15
Matinée snorkeling. On loue des kits chez Scuba Horse, le boss est pro et sympathique. On part juste avec Fab, pour 2h de trempette. On ne voit pas beaucoup de flore, mais la faune est là: un magnifique poisson perroquet couleur bleu ciel avec des reflets chromés, des sortes d’anguilles-espadon, un autres très long avec un nez tout aussi long et un filament en guise de queue, un gros fugu qu’on a pas eu le temps d’énerver pour qu’il se mette en boule, un bancs de « truites » avec le quel on a un peu nagé, un rascasse et de jolis coquillages.

De retour de plongée, on discute un peu avec le boss, et il flache sur ma montre décathlon. Il le propose de me la racheter prix coutant, donc pour être sympa j’accepte… J’espère juste bien l’avoir payée 40€!

L’après-midi, long trajet insupportable pour Colombo; on a beau avoir trouvé des places assises dès le début, on est coincés collés serrés à l’arrière du bus pendant plus de 4h, sans pouvoir bouger.

Arrivés à Colombo, c’est le chaos, la ville est sur-excitée est ultra-bruyante. On fait au plus vite pour trouver un hôtel, puis on va manger au Mc Do pour changer un peu des Rice&Curry. Peu surprenant, l’endroit est identique à un Mc Do occidental, mais beaucoup mieux tenu! Et en guise de sauce pour frites, ils servent le ketchup local: Chili et ail, dont j’ai acheté une bouteille.

Mardi 16
Journée visite de Colombo. On commence par le fort, qui en fait n’as plus rien d’un fort mais est maintenant un quartier fermé au public, donc rien à voir de ce coté là. On continue donc par Pettah, quartier marchand très animé où chaque rue est spécialisée dans une catégorie de produits.

Il fait chaud, on marche beaucoup, donc à midi on se pose un peu au parc dans Cinnamon Gardens, juste à côté de la mairie qui ressemble fortement à la maison blanche. C’est calme, on se détend un peu en observant les amoureux timides des bancs publics.

Enfin, l’après-midi on va à une sorte de Galleries Lafayettes, puis un magasin de souvenir, et enfin on rentre à pied (sauf Cb) sous la pluie, la première de tout le séjour!

Le soir, on va se péter le bide à un buffet curry à volonté, très bon, pour 1000rs.

Mercredi 17
La nuit a été très courte et rude à cause des moustiques; on part à 4h de Colombo et décollons à 7h. Une longue journée d’avion en perspective!

Carte:

Publicités

2 commentaires sur “Sri Lanka, Février 2010

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour,

    Je m’appelle Laure et je suis une grande passionnée de voyage, j’ai deja bien roulé ma bosse en Inde et autre et comme ces atmosphères me manquaient, je replonge, cette fois au Sri Lanka.
    Lors de mes recherches sur ce magnifique pays, je suis tombée sur votre blog qui m’a permis de faire un pti tour de l’île.
    Je pars dans 3 semaines là-bas pour une durée de 15 jours et à ce propos j’aurai une ou deux questions à vous poser.
    Comme par exemple, est ce que en deux semaines on a le temps de faire le tour de l’île en prenant le temps de s’arreter pour voir les sites  » voir » sans trop courir après le temps ni les transports. Je veux dire par là que la géographie de l’île est grande et montagneuse donc chaque déplacement prend du temps. Ya t’il des sites à éviter? Je suis plongée dans mon lonely planet et meme si je ne prévois jamais rien je me demandais, s’il valait mieux commencer un tour en partant vers le sud et finir par Colombo, ou partir dans les montagnes directement et revenir par le sud. Ce genre de questions quoi…
    si cela ne vous ennui pas, par quel moyen puis-je vous contacter, mail ou téléphone, afin que vous me donniez peut etre les informations précieuses avant mon départ.
    Mon mail est le suivant :
    lor_eleven@hotmail.com

    En espérant avoir une réponse!

    Merci d’avance

    Laure

    1. Bonjour Laure,

      Désolé de répondre si tard, d’autant plus que tu pars bientôt !

      Personnellement, 2 semaines ont été suffisantes pour couvrir le gros des sites à voir, mais sous condition d’utiliser les transports adéquats. On a passé les 4 premiers jours en voiture avec chauffeur, ce qui nous a tout même bien facilité la tâche et optimisé les premiers jours. D’autant plus que c’est ces jours là que l’on a vu le plus de sites touristiques : Pollonaruwa, Mihintale, Sygiryia, Kandy, Dambulla… Je pense que pour faire ce parcours en transports en commun, il faut bien prévoir deux jours de plus, surtout que c’est plus fatiguant.

      En ce qui concerne les choses à voir, je pense que tout vaut le coup, tu peux peut-être me donner une liste des choses que tu comptes aller voir, et je te donnerai un avis sur chacunes.

      Pour ce qui est du parcours, à mon avis nous avons fait le bon choix de partir directement au nord, visiter les sites culturels, pour continuer avec la montagne, et finir avec le sud. Le fait de mettre le sud à la fin du séjour te permet de :
      – soit te laisser le temps de te reposer à la plage si t’as du rab de jours (si la plage t’interesse bien sûr)
      – soit zapper le sud et ses plages si t’as passé plus de temps que prévu dans les sites culturels.

      J’avoue que les deux jours que nous avons passé POSéS à la plage, à faire du surf et du snorkeling, à la fin du séjour nous a permis de nous reposer après 10j de visite intensive !

      Amicalement,
      Thomas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :