Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 36 – Mi 567 – Éoliennes & Co


Samedi 21/05/2017
25 miles

Lever 4h40. Départ 5h.
Luke dort encore, on le laisse dormir il en a peut être besoin.

Il y a une source probable dans 4 miles, puis plus rien pendant 20miles et ce sera le désert. Je prend le risque quitte à devoir revenir sur mes pas. Je pars donc avec un seul litre. On arrive au ruisseau et il coule. On croise les canadiens (qui en fait sont du Michigan mais on continue de les appeler les canadiens), et ils nous disent qu’on est chanceux car hier aprem la source était à sec. Paris gagnant donc pour éviter de porter 4L d’eau sur 4 miles, mais j’aurai pu perdre assez facilement. J’imagine pas la galère quand on est dans une période sèche.

Suite de la journée dans les champs d’éoliennes. Luke nous rattrape peu avant la pause déjeuner, juste à temps. Il y a des Éoliennes un peu partout, alignées, en vrac sur les flancs de la montagne en face, des petites, grandes et moyennes. Quand elles tournent, c’est une bonne nouvelle. Et c’est pas de refus car il commence à faire bien chaud.

Fin d’aprem, Maïté en tête nous fait des grands gestes pour nous dire de faire gaffe: un énorme crotale trône juste à côté du chemin, et sonne furieusement. Si on s’approche un peu prêt, il se gonfle, se met en position d’attaque, et donne pas vraiment l’impression blaguer. Vu que dans le coin il y a une espèce de crotale plus aggressive et dangereuse qu’ailleurs, je prend pas trop de risque à tenter de le photographier de prêt. Une petite vidéo fera l’affaire et on repart.

On arrive assez tard à la jonction. On appelle une bonne dizaine de trail angels de Tehachapi pour avoir un ride et un endroit où loger, mais aucun ne répond. En backup, on booke alors une chambre au Motel 6 de Mojave, pas cher et moins loin que Tehachapi. On tente le stop, mais c’est super chaud de faire du stop sur autoroute, personne s’arrête. On se résoudre à appeler un taxi. Il serait là dans 20min. Gros coup de chance, un gars avec un van s’arrête, il a l’habitude des Hikers, et nous prend gratos pour Mojave. La chance nous sourit encore une fois.

En passant à côté de l’aéroport, je remarque plein d’avion. On est en fait sur un spacioport, la navette spéciale atterrissait ici, et ils font toujours des tests de vol ici. On se sert aussi de l’endroit pour stocker et désosser des avions.

Au Motel 6 on s’entasse à 3 dans une chambre avec 2 lits. C’est pas hyper grand, mais c’est clean et la douche est VRAIMENT bien venue vu l’odeur qui se propage rapidement dans la chambre.

On achète des bières (de la rattle snake :)) et on se nourrit de bretzels. Le train passe juste à côté. Il nous réveillera toutes les 20min durant la nuit, en passant avec son coup de klaxon à réveiller les morts. Faut savoir que c’est un train de marchandises, donc il passe pas en 10s comme le TGV chez nous. Ici il est tellement long et lent que ça prend bien 5min pour qu’il passe complètement.

Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 35 – Mi 541 – Burgers à volonté


Vendredi 19/05/2017
20 miles

Lever 4h30. Départ 5h.

On suit le canal de la veille sur quelques miles. Au bout d’un moment il devient complément enfui sous une grosse dalle de béton sur la qu’elle on marchera encore pendant plusieurs miles. Ca change du petit sentier bucolique. On retrouve Stéphania l’italienne sur le chemin, on marchera ensemble jusqu’au soir.

On croise les allemands vers 9h. Ils nous apprenne qu’il y aura un trail magic au mile 14. Burgers et hot dogs il paraît, à partir de 11h. Ca nous redonne la patate pour avancer, et on devrait y arriver juste à l’heure.

11h30, on y est, un 4×4 nous attend en plein milieu du champ d’éoliennes. On est accueilli avec une montagne de bouffe: chips, salsa, creamy-cheese-chutney, fruits frais, burgers, hot-dogs, sodas, Glace, brownie maison. L’orgie ! Luke s’enfile bien 4 burgers et 2 hot-dogs ! Étonnement il n’y a pas énormément de Hikers (on est une dizaine sur place, plus certains qui sont de passage), donc il y a pas mal de restes.

On squatte 5h sur place, à l’ombre pour faire passer la chaleur et pour se charger de calories. Ces trails angels sont géniaux.

16h30, on décolle et on arrive à la tombée de la nuit dans le canyon où on campera juste à côté de la source, après avoir traversée une grosse partie du champ d’éoliennes.

Note: je suis assez impressionné par la qualité -toute relative- des photos prises à main levée de nuit avec le GS7

Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 34 – Mi 521- Hikertown


Jeudi 18/05/2017
29 miles

Départ 7h. J’ai pas été très bien cette nuit.

Vers minuit, je commence à avoir des nausées. Je résiste pendant 30min ou 1h, je sais pas trop, puis je me prépare à l’assaut sentant que ça passe pas. J’ouvre la moustiquaire, la toile extérieure, et à peine je finis que sans avoir le temps de m’en rendre tomate je me retrouve à genoux-allongé, encore dans mon sac de couchage, à moitié dans ma tente et à moitié dehors entrain de me vider de mon ramen tant mérité.
Je saurai pas trop la cause de cette aparté. Probablement lié à la chute de tension que j’ai eu pendant la journée. Peut-être une déshydratation. Toujours est il que le corps n’est pas très malin de se vider de tout ce liquide dans le cas d’une déshydratation…

Bref, après cet épisode je dors mieux, mais démarre sans trop d’énergie le matin. Je marche 4h sans croiser personne, un mini miracle sur le PCT en ce moment. Je traverse des sortes de chênaies aux couleurs d’automne, parsemées de petites prairies toutes mignonnes.

Vers le mile 14, je rattrape Luke et Maïté. Étant donné que je suis parti tard, je ne m’attendais pas à les voir si tôt, mais plutôt en fin de journée.

On passe l’aprem à redescendre dans le désert. Au loin on voit les champs d’éoliennes et de panneaux solaires. On arriver vers 18h à Hikertown, ranch décoré comme un vieux village du far west. On a entendu quelques rumeurs sur son nouveau propriétaire (il serait dans le porno et aurait mis des caméras dans les douches…) , donc on ne s’attarde pas trop.

On reprend la route. Le soleil tombe déjà. On longe un canal rempli d’eau, ce serait tellement bien de se faire porter par l’eau sur un matelas gonflable. Plus loin le canal devient souterrain, un gros tuyaux en acier de 3m de diamètre. Ca deviendra notre sentier sur plusieurs miles. On arrive de nuit, à un coin sous l’aqueduc, sensé avoir des canapés. En fait ça ressemble plus à un dépotoir qu’autre chose. Maïté se pose dans le canapé qui a l’air le plus confortable, Luke et moi on tente de trouver un endroit sans trop de déchets pour cowboy sleeper.

Note: j’ai perdu ma pelle à popo, dégouté…

Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 33 – Mi 493 – Retour sauvage


Mercredi 17/05/2017 – Upper Shake Camp
16 miles

Lever 6h. À 7h on a le droit à des pancakes et du café. Le luxe ! La bénévole qui nous a pris hier nous redépose sur le PCT, ça aussi c’est le luxe. Juste avant de nous laisser elle nous file même des mini snickers en guise d’aurevoir. C’est fou…

Le plus fou, c’est que lorsque j’ai fait un don, la boîte contenait à peine deux ou trois billets, pour 30 Hikers présents ce jour là… C’est vrai que les dons sont facultatifs mais ils peuvent aider les trail-angels comme Terry à subsister et continuer à aider ce flot grandissant de randonneurs.

Bref, matinée standard, montées et descentes de collines de type « désert pas trop sec ». On aperçois d’ailleurs à nouveau le désert, le vrai, un peu plus loin. Le vent se met à souffler automatiquement.

Pause midi assez tôt, au mile 10, pour être à l’abris du vent. Une araignée portant son fardeau d’œufs passe pas loin de mon pied. Miam, des protéines… Et puis le traditionnel bagel peanut butter – Nutella – ananas séché…

Suite de l’aprem à peu près identique au matin. On traverse une zone infestée de Puddle Dog Bush. Je le prend en photo, et un peu plus tard j’ai la gorge qui m’irrite un peu. Il paraît que la plante peu irriter les plus fragile à distance, sûrement avec ces pollens ou poils qui partent dans le vent. Dans mon cas je pense que c’est juste psychosomatique.

Je décide de m’arrêter à un camp plus prêt, un peu off trail car il y a un ruisseau et j’ai besoin d’un bon bain et d’une lessive (j’en ai pas profité la veille…). Luke et Maïté continuent 5 miles plus loin. Je les rattraperai demain, si je me lève assez tôt.

En posant ma tente, je remarque un gros lézard qui lézarde dans l’herbe les jambes repliées au corps. Je l’embête un peu, vu qu’il est en plein milieu de mon emplacement. Il se met alors à se faufiler comme un serpent plutôt que d’utiliser ces pattes. Chelou, elles ont pas l’air si attrofiées pourtant. Je l’embête encore un peu et là il me crache dessus, bouche grande ouverte. Décidément il se prend vraiment pour un serpent ce lézard. Bon, je le dégage un bon coup avec une branche, c’est pas tout mais j’ai ma tente à monter moi !

Baignade fraîche (il fait que 12°), lessive rapide, filtrage d’eau, et il est seulement un 18h. Pas l’habitude d’arriver si tôt au camp…

Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 32 – Mi 478 – Casa de Luna


Mardi 16/07/2017 – Green Valley
15 miles

Réveil 6h, mais décollage tardif: 8h.

Maïté se réveille avec son matelas complètement trempé. Elle a du laisser une bouteille qui fuit dans sa tente, donc prend le temps de tout faire sécher. Nous on prend un peu d’avance avec Luke.

On fait une grosse matinée dans ces collines au arbustes à l’écorce rouge et lisse. Maïté nous rejoint un peu plus tard et on mange 3 miles avant la fin.

On arrive à la route, et une voiture s’arrête direct. C’est une bénévole de Casa de Luna. Elle nous y dépose en 5min.

L’endroit un peu foufou. Une petite maison avec des canapés sur le porche et plein de pierres peintes partout. À l’arrière, un énorme terrain et une petite forêt d’arbustes, où sont deciminés des emplacements pour les tentes ainsi que ces fameuses pierres peintes par les Hikers. Ce qui rend ce bois un peu magique, et vraiment mignon.

On plante nos tentes et c’est parti pour l’atelier peinture. Étant mon domaine professionnel, je ne me restreint pas à une pierre plate fournie par la trail angel, je vais chercher une pierre ronde pour faire une peinture en 3D. Et ouai…

Le résultat est impressionnant, il va de soi vu mes talents artistiques. Je vous laisse deviner ce que c’est avec la photo. Vu que j’ai toujours pas de trailname, je signe Figo, pour la postérité…

Le soir, c’est Tacos Salad. Je me pète le bide en engouffrant deux assiettes. Terry, la proprio impose une seule règle: ne pas mettre son assiette au dessus des plats. Elle effectue des rappels à l’ordre en se servant d’une tige en bois. Faut pas déconner hein. Je me fait fouetter les fesses deux fois puis je comprend 🙂

Suit une soirée dansante, oú il fait danser pour recevoir son PCT Bandana, rouge cette année. Je me prête au jeu, malgré mon faible intérêt pour la danse, mais ne reçoit pas de Bandana. Il faut un peu le réclamer, là je me prête pas au jeu donc Maïté a pitié de moi et va le demander à ma place. Un peu la honte, mais j’ai mon Bandana tout neuf. Le pire c’est qu’en suite même ceux qui n’ont pas dansé ont reçu le leur… Luke par exemple. C’était bien la peine de se forcer…

Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 31 – Mi 463 – Bear Spring


Lundi 15/05/2017 – Bear Spring
9 miles – Nero

Réveil 6h. Pas super bien dormi car il y a encore eu de la condensation cette nuit. Sac et tente mouillés…

Le couple d’y il y a quelques jours a posé sa tente juste à côté de la mienne, et ils remettent ça ce matin. Plus discrètement cette fois. Luke dit qu’il les a entendus cette nuit vers 2h.

En guise de petit dej, je finis mon demi pot de peanut butter avec des galettes au graines trouvées dans la Hiker Box.

On décide de couper la prochaine étape en deux, car on compte dormir à Casa de Luna donc autant arriver l’aprem pour en profiter un peu. Oui, on est en mode touriste à faire tous les trail angels du coin, les plus connus d’ailleurs. Passé Hiker Town ils seront bien moins fréquents, alors autant en profiter maintenant.

Maïté, qui avait perdu son filtre sur le trail, et en a racheté un la veille, tombe sur le gars qui l’a retrouvé. Bizzarement il ne propose même pas de lui rendre, c’est fou. Elle doit lui demander s’il veut bien lui rendre en insistant comme quoi c’est bien le sien. Le pire c’est qu’il savait qu’elle l’avait perdu… Il lui rend à contre cœur, et vu qu’elle en a un nouveau me propose de l’échanger contre mon mini. J’hésite un bout de temps car il est plus lourd, mais c’est vrai qu’il marche quand même bien mieux.

Pour m’occuper, je rafistole mes bas de pantalon avec des bouts de tissus et de la colle récupérés dans la box. J’espère que ça fera l’affaire.

Maïté a son irritation au bras qui a empiré. A priori c’est une réaction au puddle dog bush, qu’on a croisé il y a deux jour (temps d’incubation). Ca commence à faire des petites cloques, et l’irritation s’étale. Des bénévoles lui file de la crème à la cortisone et des antihistaminiques, en espérant que ça empire pas. Je laisse à faire son bandage avec des moyens du bord. Du grand art !

Du coup, on glande jusque début d’aprem vu que les antihistaminiques lui ont fait faire une bonne sieste. Il se met à pleuvoir, meilleur moment pour partir 🙂

On attend donc 15h pour partir, le temps que la pluie s’arrête. On traverse la ville par la route. Comme à notre arrivée la ville est principalement constituée de propriétés type « ranch », gros 4×4 et camion pour chevaux garés dans la cour…

On finit la journée en montant descendant des collines au arbustes verts, comme souvent… La météo n’est pas avenante, mais les nuages gris est cette verdure produisent belle ambience mélancolique très photogénique.

On campe juste à côté de Bear Spring. Même si est pas super bucolique, on y passera une très bonne nuit.

Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 30 – Mi 454 – Hiker Heaven


Dimanche 14/05/2017
3 miles – Zero

Lever 7h. Le coq est plutôt sympa, il gueule juste au lever du soleil, et pas pendant des heures.

Journée glande. Je zone un peu avant de me finir mon pot de nutella avec des tortillas en guise de petit dej.

Vers 11h, on part faire nos courses. J’en achète encore une tonne. Vue ma perte de poids, ce sera pas de trop. Je suis à 72kg, j’ai perdu 10kg depuis mon départ! J’espère me stabiliser, passer sous la barre des 70kg va commencer à devenir dangereux pour mes muscles, vu que j’ai plus beaucoup de gras à perdre…

Je m’achète des pommes, des oranges, et de quoi faire une salade de tomates pour le midi. Mhhh, manger frais!

L’endroit est un peu fou. Une tente avec une machine a coudre. Une autre avec des ordis. Ton colis t’attend sur une étagère. On s’occupe de ta lessive, t’as juste à mettre tes affaires sales dans filets et elles arrivent sèches et propres quelques heures après. En attendant, des affaires de rechange te sont prêtées. Top. Tout est fait pour que le Hiker puisse se relaxer, comme chez Scout & Frodo.

Du coup, aprem zoning…

Le soir, on va au restau mexicain. C’est la fête des mères aux US donc toutes les familles sont de sortie. Un ballon gonflabe se coince dans le ventilo de plafond juste au dessus de moi, il éclate, et ca fait descendre (va savoir pourquoi) le lustre de 30cm. Maïté dit que j’ai failli mourir. Ca aurait été con de mourir écrasé par un plafonnier plutot que bouffé par un ours!

Aujourd’hui on fête exactement nos 1 mois de PCT. Je trinque avec un verre de lait… Ouai, y’avait du lait à la carte alors j’ai craqué… Ça ira très bien avec mon burrito géant.

Publié par : Figo | mai 21, 2017

J 29 – Mi 454 – La reprise


Samedi 13/05/2017 – Agua Dulce
18 miles

Je me lève tard, no rush. J’attend que le soleil perce car mon sac de couchage et ma tente sont toujours mouillés par la condensation cette nuit.

Je m’attend à voir Maïté arriver vers 11h. À 9h, elle m’envoit un message « je suis là dans 10min ». Arf, pas le temps de zoner donc, je remballe tout en vitesse.

Finalement elle a prévu de faire 24 miles aujourd’hui pour rejoindre Hiker Heaven au soir. Passage incontournable du PCT paraît-il. Et moi qui m’attendais à un jour tranquille pour reposer mes pieds. Soit, j’avais qu’à pas bourriner.

Je marche tranquille, on arrive vers midi à la rivière pas loin de KOA Camp. On mange, Luke arrive. Enfin! On se motive pour aller chercher une glace au Camp, et j’en apporte une à Maïté, qui garde nos sacs, emitouflée dans ma doudoune en guise de glacière, ce qui marcha plutôt pas mal.

Montée difficile début d’aprem. Il fait chaud. Paysage paisible d’herbes sèches. Au loin on aperçois des formations rocheuses acérées, Vasquez Rocks.

On passe juste sous un Poison Oak. Quelqu’un a eu la bonne idée d’y mettre un ruban pour qu’on y fasse attention; bonne idée! J’étais pas loin de me le prendre en pleine face!

Un peu plus loin, un trail magic artistique: des petites statuettes en terre cuite trop mignonnes. J’adore. Luke et Maïté sont passés devant sans les voir…

On passe sous une autoroute via un tunnel super long. De l’autre côté, on change complètement d’ambiance. On se retrouve dans un beau canyon où coule un petit ruisseau et où nichent des corbeaux. J’adore. Je camperai bien ici, mais Maïté et Luke sont devant, donc je peux pas les prévenir. Tant pis.

On passe juste à côté de Vasquez Rocks, c’est beau. Juste derrière, c’est Agua Dulce. Plein de belles propriétés, toutes ont leur pré avec plusieurs chevaux. Des barriques type Haciendas mexicaines. On sent que c’est assez friqué dans le coin.

Peu avant d’arriver à Hiker Heaven, une voiture s’arrête. C’est Tartan, un bénévole, qui nous dépose à HK et nous explique un peu comment tout fonctionne et nous fait le tour du proprio.

Y’a énormément de monde. Les tentes sont collées-serées. Des poules courent entre elles. Des chiens courent après les poules. Des chevaux sont au repos dans l’enclos juste à côté.

Il y a une liste d’attente de 20 personnes pour la seule douche, va falloir être patient. Il y a un trailer (grosse caravane) complet entièrement à disposition des. hikers.

Une bénévole nous interpelle Maïté et moi quand on parle francais ensemble. « Are you a couple? ». Moi un peu naïf, je répond: « No no ». Et Maïté qui me dis: « T’es con, on aurait pu avoir une chambre au lieu de camper parmi les poules. Bon, en même temps Claire aurait pas apprécié… ». Effectivement.

Demain, zero, donc on profite tranquille de la soirée. Je me couche après minuit, après avoir traîné dans la caravane avec Satch, un guitariste/chanteur et Jerk qui a fait un super bon cake. J’en profite pour aller me doucher, vu que tout le monde roupille depuis un bon moment.

Publié par : Figo | mai 14, 2017

PCT Fact – La pelle à popo


Il faut savoir que tout randonneur qui se respecte doit suivre les préceptes su LNT: Leave No Trace.

Une des règles primordiales de ces préceptes est bien sûr de ne pas laisser ses besoins aux vues de tous. On nous demande donc d’enterrer nos popos, et l’idéal serait d’emporter notre PQ usagé avec soi pour le jeter en ville. En effet, les bêtes ont tendance à déterrer des choses qu’elles ne devraient pas.

J’opte bien-sûr pour l’enterrement, quant au transport de PQ usagé je n’ai pas encore passé le cap. Tremper son PQ avant de l’enterrer pour lui permettre de se dégrader plus vite semble bien marcher.

Bref, comment creuser son trou? Simple: acheter une belle à popo. J’opte pour une version ultra light, la Deuce of Spades, qui ne pèse que 17g. Et bien malgré son poids plume, elle marche à la perfection: creuse efficacement dans un terrain meuble, coupe les petites racines rencontrées, ne plie pas au premier cailloux rencontré. En plus on peut s’en servir comme chausse pied!

Publié par : Figo | mai 14, 2017

J 28 – Mi 436 – Ouch ca fait mal…


Vendredi 12/05/2017 – North Fork Ranger Station
7 miles – Nero

Pas bien dormi cette nuit. J’ai mal partout, et j’ai bien transpiré hier donc essayer de dormir quans on colle n’arrange rien…

Quelques personnes passent devant ma tente avant que je me lève. Je lève le camp vers 9h. Il me reste juste 1L d’eau.

Je commence à marcher. Mal aux pieds, une ampoule sous chaque talon, et mal aux genoux. Je fait une pause tous les miles. Je fais ma pause déjeuner au bout de 4 miles. Du jamais vu. Au passage, je croise la marque 700km et pas mal de Poison Oak sur le sentier.

Je rejoins tant bien que mal le mi 436, une station de ranger où on a le droit de camper. Je meurs de soif, je me rationne depuis ce matin. Heureusement il y a une cache. Ouf!

Je croise pas mal de monde. On discute un moment avec MakeTime, puis je discute avec un nouveau francais, Manuel, qui a déjà rencontré Maïté. Il a aussi un bivy et s’est aussi pris la flotte la fameuse journée pluvieuse.

Je mange avec les deux couples d’allemands. Pas de Luke à l’horizon, ca veut dire qu’il a surement fait « que » 30 miles hier soir, donc je dois avoir une avance de 27 miles sur lui. Et probablement 32 sur Maïté.

Je pose ma tente un peu à l’abris du vent et un peu à l’écart des autres. Je me fais rapidement encercler, plus concentré que dans un camping du sud.

Une bonne douche me ferait vraiment du bien. Je suis crade, et pas question d’utiliser l’eau d’une cache pour se laver. Avoir marché en chlopes tout l’aprem n’arrange pas les choses…

Quand je me couche, mon sac de couchage est trempé. C’est étonnant d’avoir de la condensation avec le vent qu’il y a.

Older Posts »

Catégories